LE VENT DU HASARD

Gérard Chaliand

LE VENT DU HASARD

18 septembre 2018 - Format : 13 x 19

Prix : 16.00 €

"Le vent du hasard" recueille les préfaces et les introductions que Gérard Chaliand a données, ces trente dernières années, aux éditeurs de romans d'aventures, de récits de guerre, d'essais historiques ; à quoi s'ajoutent des hommages à des femmes poètes, à des hommes téméraires, à des endroits remarquables, etc. Sont ainsi évoqués, parmi tant d'autres, Mérimée, Bernal Diaz, Lermontov, Georges Arnaud, le libraire Samuelian.

Sommaire : Lettres d’Espagne ; Moi, Marina la Malinche ; Écrivez-moi, Madeleine ; La Vagabonde Courage ; Bela, princesse caucasienne ; Salamanque ; La conquête du Mexique ; Georges Arnaud ; Anthologie de la poésie populaire kurde ; Je n’ai pas trouvé de chemin menant au monde ; Dans les ruines ; Le Tigre en flammes ; Guérilla dans le désert ; Mémoire éclatée ; Un navire chargé d’oubli ; Anatomie de la bataille ; Avant la dernière ligne droite ; Hommage À Lucien Poirier ; La librairie Samuelian ; The girl from the Banks of the Tigris River ; Les champs de l’aventure ; Si quelqu’un écoute ; Mémoire de ma mémoire ; Pourquoi suis-je devenu un historien de la guerre ? ; Il faut jouer avec le feu.



LA MÉTHODE BELGE

Bastien Loriou

LA MÉTHODE BELGE

Juin 2018 (15 juin) - Format : 13 x 19

Prix : 12.00 €

La médecine est formelle, il n'existe pas d'antidote (sinon du repos, beaucoup de repos) à "La méthode belge" qui est, d'abord, une recette, très éprouvée dans les régions septentrionales, mélangeant les ingrédients d'une tradition rigoureuse à ceux de la fête excessive, de la liesse, de la bravade, de la musique et de la désaltération permanente. La méthode belge, de Bastien Loriou, éditions La Mèche lente,Vincent Dutois, à paraître le 15 juin 2018. Création graphique de Matthieu Viellot ; illustration intérieure et cul-de-lampe de Serge Poliart.



CE VIDE LUI BLESSE LA VUE

Denis Montebello

CE VIDE LUI BLESSE LA VUE

Février 2018 - Format : 14.5 x 21

Prix : 13.50 €

Ateuritus, citoyen vivant au IIe siècle à Lemonum (Poitiers), à l’ouest de la Gaule romaine, était un sot. On le sait par la brique qu’il a laissée en guise de legs à sa triste postérité. Qu’y grave-t-il ? Une insulte grasse à celle qu’il croyait sa dulcinée, une certaine Eutycha. Le sot, donc. N’avait-il pas compris, par le nom grec spécifique qu’elle portait, qu’elle tarifait l’amour ? Du moins, la brique dite d’Ateuritus est-elle, du point de vue de l’archéologie comme de celui de l’écrivain Denis Montebello, le premier sexto de l’histoire des hommes, avant que les techniques s’améliorant ne trouvent, pour les multiplier, des instruments & des matériaux plus sophistiqués.

Critiques, notes, articles : blog de Pascale Busson Martello . Article du quotidien Sud-Ouest du 23 mars 2018 ici .



100 X (je me souviens de) MAI 68

Jean-Jacques Salgon

100 X (je me souviens de) MAI 68

Février 2018 - Format : 10 x 17

Prix : 7.90 €

À sa façon délicate et mesurée, Jean-Jacques Salgon avait dans l’idée de célébrer les si particulières journées de Mai 1968, telles qu’elles se déroulèrent à Lyon. Sa commémoration est ici l’occasion d'une suite de souvenirs, cent exactement, qui ont tous à voir, de préférence à un cumul de dates et de faits, avec le sentiment, les sensations, les impressions et les teintes du nuancier de cette histoire qui se faisait alors, sous ses yeux, en sa présence. Certes, le temps a adouci les élans et calmé les enthousiasmes ; demeure, toutefois, au fil de ce petit livre agrafé, la jolie mélancolie des choses vécues.



LA DÉPORTATION DES MORTS

Victor Fournel

LA DÉPORTATION DES MORTS

Juillet 2017 - Format : 10 x 17

Prix : 13.00 €

Le baron Haussmann avait des manies et des idées : celles de bâtir, comme on sait ; celles de détruire inexorablement (il rasa pour la cause d'un boulevard sa maison natale), ou de déplacer, ce que l'on sait moins : lui vint ainsi un jour celle d'expatrier les cimetières intra-muros de Paris, et leurs occupants, vers la grande périphérie. Un historien, journaliste des arts, érudit, amoureux du vieux Paris et de ses populations, Victor Fournel, s'interposa, dans une enquête d'une ironie et d'un sérieux sans-pareils, que nous restituons ici, d'après l'édition définitive de 1870, dans ce petit livre harmonieux. Il n'est pas exclu qu'à la lueur de ce texte, certains traits de caractère, des comportements, des façons politiques, paraissent au lecteur, sinon récents, du moins très-actuels.

Critiques : Denis Montebello ( ici ); Le Canard Enchaîné, 23 août 2017, Frédéric Pagès, ( ici ) ; Ouest France ( ici ) ; La Nouvelle République des Deux-Sèvres, 10 août 2017 ( ici ) ; Anna de Sandre ( Anna de Sandre - Carnet à mitraille ) ; Didier Hubert ( ici ).